Freitag, 7. Juni 2013

Les sciences sociales peuvent contribuer de façon innovante à la recherche en santé


Martine Stoffel, ASSH

Dans la discussion actuelle sur le système de santé en Suisse et ses coûts en augmentation, les sciences humaines et sociales ont un rôle important à jouer. Sans cette contribution, un système de santé durable ne peut pas s'établir. Il est urgent que les sciences humaines et sociales se mettent en réseau et se mobilisent.

Le 14 juin prochain, les chercheurs et chercheuses en provenance des sciences sociales se donnent rendez-vous pour discuter de concepts, méthodes et perspectives orientés vers le futur de la recherche en santé. Après avoir présenté dans la première partie des concepts comme la vulnérabilité, la résilience et la qualité de vie, leur utilisation sera sondée par rapport aux domaines de vie centraux. Les participant-e-s auront l'occasion de réfléchir à de nouveaux domaines de recherche innovants et de les esquisser. Par exemple, des questions telles que celle de savoir pourquoi, malgré leur provenance sociale défavorisée et par conséquent une espérance de vie moins élevée, certains individus se montrent remarquablement résistants à certains événements au cours de la vie. Et pourquoi, dans certains contextes sociaux, économiques et culturels similaires, certaines personnes tombent-elles malades, alors que ce n'est pas le cas pour d'autres? Dans la recherche en santé, il faut mettre l'être humain sain au centre, dans son individualité et avec ses rapports complexes et par conséquent se pencher sur l'être humain, sain ou malade, dans son quotidien. Il ne faut plus considérer la santé comme un état, mais comme un processus, et se concentrer sur les facteurs stabilisants de la santé.

Les sciences humaines et sociales ont également un rôle à jouer dans les soins palliatifs en fin de vie. Le 26 novembre prochain, les Académies suisses des sciences et la «Recherche soins palliatifs suisses» organisent une conférence nationale pour la recherche en soins palliatifs. Les sciences humaines et sociales y auront une session dédiée aux aspects culturels et spirituels de la recherche en soins palliatifs, et les aspects méthodologiques seront particulièrement mis en avant.